Billeterie en ligne
actualités

CYCLE GERIMA / BURNETT : TEZA DE HAILÉ GERIMA

Le 10/10/2018

19h30 - Auditorium du Palais des Beaux Arts de Lille
entrée : 5 euros

Suite du cycle commencé en février 2018 "Young, gifted and black" sur le cinéma de Hailé Gerima et Charles Burnett.
Pour ce nouveau rendez-vous, Heure Exquise ! vous propose deux films d'Hailé Gérima - Sankofa et Teza - et Warming by the Devil's fire de Charles Burnett

Hailé Gerima est une personnalité de premier rang à Washington où il réside depuis des décennies, à Addis où il est considéré à juste titre comme le père du cinéma éthiopien ou à Ouaga, la capitale historique du cinéma africain. L’intéressé se définit comme un « cinéaste engagé et indépendant du tiers-monde ».

Teza de Hailé Gerima
Ethiopie / Allemagne / France, 2008, coul., 140 mn, VOSTF

Film sans doute le plus autobiographique de Gerima, Teza ("la rosée") est tourné dans le village du père du cinéaste. C'est là que revient Anberber (Aron Arefe), après des années d'étude et d'exil à l'étranger.
Le village fête le retour de celui de ses fils dont il attendait le plus. Mais ce sont les dernières années de la dictature sanglante de Mengistu, un état de guerre permanente où chaque jour des enfants sont enrôlés de force sauf à se terrer dans des cavernes, et où persiste une antique pauvreté. Anberber est un homme blessé, à la mémoire incertaine, qui se réfugie dans ses souvenirs d'enfance pour échapper à ses échecs et à son impuissance. Les images du passé qu'il retrouve peu à peu sont celles des idéaux partagés avec tant d'intellectuels africains de sa génération, mais aussi des déceptions et des illusions englouties dans la violence des années Mengistu, et dans le racisme du monde blanc . Comme celui du Ned
Charles de «Ashes and Embers», le chemin d'Anberber doit être celui non d'une réconciliation factice avec le passé mais d'une conscience nouvelle qui permette de l'affronter. Hommage lyrique à des lieux lourds d'histoire, scènes de drames d'êtres réels pour qui le bonheur est toujours une idée neuve : méditation généreuse sur le destin des indépendances africaines, sur les émotions qui constituent l'humanité, sur l'appartenance et sur la mémoire.
Le film a fait sa première mondiale dans la compétition officielle de la Mostra de Venise en 2008. Lors de sa sortie en France en 2010, Jean-François Rauger salue dans Le Monde un film « d’une ambition et d’une ampleur impressionnantes ».
Texte de Marie-Pierre Duhamel

--------------------------------------------------
Le dixième film d'Hailé Gerima, qui a longtemps porté le lourd fardeau d'incarner, à lui seul, le cinéma éthiopien et qui n'avait pas tourné depuis dix ans, témoigne d'une ambition et d'une ampleur impressionnantes. Il s'agit de suivre, à travers le parcours d'un individu, trente ans d'une histoire qui n'est pas seulement celle de l'Ethiopie moderne ou de la diaspora africaine mais d'une transformation profonde, anthropologique, une mutation dont on a le sentiment qu'elle est plus générale que cela, qu'elle dépasse celle d'un continent meurtri. Teza témoigne aussi et surtout d'une sorte de douloureux dégrisement moral et idéologique qui a caractérisé, peut-être, le dernier tiers du XXe siècle.

(Source : "Teza" : la mémoire obscure de la tragédie éthiopienne de Jean-François Rauger in Le Monde - 27/04/2010 - texte intégral)

///////////////////////////////////////
Réservations et pré-ventes sans frais dans l’espace billetterie
ATTENTION Pas de paiement par CB sur place
Les horaires indiqués correspondent au début des séances de projection.
Ouverture des portes : 30mn avant
Par respect pour les œuvres et le public, l’entrée en salle peut être refusée après le début de la séance, dans ce cas les
billets ne sont pas remboursés

copyright photos © Hailé Gerima

/////////////////////////////
Les programmations d'Heure Exquise ! sont labellisées par La Cinémathèque du documentaire

toutes les actus

Billeterie en ligne