Billeterie en ligne
video
Les vidéos en ligne ont été numérisées avec le soutien du Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais
et des plans de numérisation 2009 et 2010 du Ministère de la Culture

EMBARGO

de FATMI Mounir

FRANCE, 1997, 00:06:42

Production : FATMI Mounir
Genre : Art vidéo
Mots-clés : Allégorie, Guerre, Mémoire, Politique, Société

Résumé :
En 1997, Embargo affirmait en images et en son la souffrance charnelle du peuple irakien qui subit seul le châtiment politique adressé à ses dirigeants, le terrorisme dont font preuve les institutions internationales responsables d’un tel décret, le règne de l’injustice élevé au rang de stratégie politique, la corruption morale dont l’embargo s’engendre. Mounir Fatmi écrivait alors : « Comment vit un corps privé de nourriture ? Embargo est une vidéo autopsie, une fibroscopie qui traverse le corps du cerveau jusqu'à l'anus, montrant que l'embargo est la vraie frappe chirurgicale, que l'embargo est un serial killer. En effet, la communauté internationale ne voit pas les dégâts que l'embargo peut causer dans une population. Vingt-sept pays ont subi ou subissent encore différentes sortes d'embargos : de l'Angola à Cuba, de Chypre au Soudan, du Vietnam au Yémen, etc... Aujourd'hui en Irak, un enfant de moins de cinq ans meurt toutes les huit minutes de maladie ou de malnutrition faute de nourriture et de médicaments. Depuis des années, des peuples supportent cette "fatwa" internationale imposée au nom de la condamnation de leurs régimes qu'ils n'ont pas choisis. Une mesure qui n'a fait que renforcer le pouvoir des dictateurs qui contrôlent la distribution des vivres. »
Embargo décrit exactement ce qu’est un corps politique : celui de l’exploitation intégrale au point de s’apparenter à une forme d’anthropophagie différée. La surimpression de l’imagerie médicale avec les plans de fourchettes et d’assiette vide concentre en une initiative visuelle l’exploitation intégrale du Tiers-Monde par le Premier. Le film de Mounir Fatmi nous rappelle la vision de Louise Michel en 1890, dans un manifeste intitulé Prise de possession : « N’est-ce pas un crime d’attendre pendant que des millions d’êtres sont écrasés sous la meule de misère comme un froment humain, comme les grappes au pressoir ; c’est sous cette forme que le monde bourgeois mange son pain et boit son vin. »

Presque dix ans après le film, en 2005, les journaux rapportèrent publiquement les faits qui président à l’anthropophagie économique en quoi consiste l’embargo, telle que Mounir Fatmi l’avait déjà argumentée en images. Rappelons ces faits, affichons-les à côté du film, ils constituent le sous-texte local dont le film assure la généralisation allégorique. « Le scandale autour du programme "Pétrole contre nourriture" des Nations unies est entré dans une phase judiciaire, jeudi 14 avril. La justice fédérale américaine a annoncé, à New York, l'inculpation de plusieurs personnes dont trois dirigeants de la société texane Bayoil, soupçonnés d'avoir payé des millions de dollars de pots-de-vin au régime de Saddam Hussein. L'Américain David Chalmers et le Bulgare Ludmil Dionissiev ont été arrêtés à leur domicile à Houston au Texas et le département de la justice a demandé l'extradition du troisième associé, le Britannique John Irving.
Selon le procureur fédéral de Manhattan, David Kelley, qui a donné une conférence de presse, les trois hommes ont aidé le gouvernement irakien à corrompre le programme "Pétrole contre nourriture" en payant des pots-de-vin aux entreprises et aux banques contrôlées par le régime de Saddam Hussein. Selon les enquêteurs, Bayoil a joué un rôle "pivot" en fixant des prix très bas au pétrole acheté, ce qui permettait de reverser ensuite discrètement des commissions à Bagdad et de réaliser encore des profits substantiels. "Au lieu de faire parvenir l'aide aux personnes qui en avaient le plus besoin, ce qui était l'objectif du programme, les accusés ont facilité le transfert d'argent à des sociétés écrans créées par le régime de Saddam", a expliqué M. Kelley. »

En 1997, hormis les intéressés, personne ne connaissait le moindre de ces faits. Ils se trouvent tous dans Embargo. Ils s’y trouvent sous d’autres formes que les mots et les chiffres, mais dans la limpidité des images et des sons, dans la certitude critique qui préside à l’acte de création chez Mounir Fatmi. Contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, l’art ne reflète pas le monde, il anticipe les vérités, y compris les plus factuelles, qui ne peuvent pas s’y dire.

Nicole Brenez, août 2005.

puce imprimer la fiche

Langue originale : français
Fiche technique : Texte écrit en français
Format d'origine : vidéo
Cadre : 4/3
Chromie : Couleur
Version(s) disponible(s) : Version originale française et version originale française sous-titrée anglais

Location : 100 euros

puce réserver (mise à disposition temporaire de copie)

La location et la vente de copies des vidéos du catalogue s'adressent essentiellement aux professionnels (structures culturelles, Èducatives ou associatives), pour en savoir plus veuillez consulter la rubrique programmer