Billeterie en ligne
video
Les vidéos en ligne ont été numérisées avec le soutien du Conseil Régional du Nord/Pas-de-Calais
et des plans de numérisation 2009 et 2010 du Ministère de la Culture

BEAUTIFUL LANGUAGE (THE)

de FATMI Mounir

FRANCE, 2010, 00:16:30

Production : FATMI Mounir
Genre : Art vidéo
Mots-clés : Langage, Mémoire, Perception, Relation

Résumé :
Récompensé par le Prix de la Biennale du Caire, en 2011.

The beautiful language est riche en textes et images, mais il est difficile à lire. La technique du cut-up, popularisée dans les textes de William Burroughs est appliquée ici aux images, avec des fragments d'échanges tendus apparaissant dans un mode non linéaire. Les images sont extraites de L'Enfant sauvage, film de François Truffaut de 1970, basé sur l'histoire vraie, de la fin du 18e siècle, d'un garçon "barbare" pris en charge par un médecin et étudié comme un spécimen de
la différence. Les images choisies pour The beautiful language montrent l'enfant en train d'être mesuré, enseigné et testé.

Le film s'ouvre avec des images de l'enfant négligé en train de se faire nettoyer le visage et couper les cheveux. L'image est dérangeante, l'enfant refuse de consentir à ce traitement - on le voit crier, même si le son est coupé et remplacé par une bande-son inquiétante.

Cette image troublante est suivie par la déclaration : «Ma langue est d'une hémorragie, je saigne chaque fois que je parle». Ces paroles violentes donnent le ton pour une vidéo qui provoque des questions sur la nature même du langage comme outil à la fois de communication et de répression.
Cela souligne également le rôle du langage dans la formation de la société et des peuples. La disjonction entre les déclarations en anglais, les mots arabes et les images des mots français dans la vidéo, met en évidence les ambiguïtés du langage et la place laissée à l'interprétation et à la
mauvaise communication. Les mots arabes placent aussi le spectateur occidental dans la position de l'étranger, du «sauvage».

Non seulement c'est une référence aux premières idées anthropologiques sur l'altérité et à la façon dont l' esprit «sauvage» comprend les mots et les représentations graphiques, c'est aussi une métaphore de l'intérêt de la France pour l'«autre» à l'époque Impériale. Les incessantes prises de notes du médecin constituent une tentative de contrôler et la violence implicite suggère la violence
des autorités imposées. Encore une fois le langage joue un rôle crucial en essayant d'unifier le médecin et son sujet, ou les colonisateurs et les colonisés.

Les images de Truffaut de l'intérieur bourgeois du médecin sont alternées dans un montage rapide mélangé à des ralentis et autres effets déstabilisants. Les épisodes les plus violents du film sont utilisés pour contraster les images de l'enfant dans une étendue sauvage et celles de l'enfant en
train de devenir «civilisé». Voir le jeune garçon nu dans la forêt à quatre pattes, comparé au fait d'être obligé de porter des chaussures dans un intérieur bourgeois, ou de se tortiller sur le sol dans une tentative pour échapper à cette éducation forcée, soulève des questions quant à l'endroit où la sauvagerie réelle réside : dans la nature ou dans l'environnement strict des normes de la société moderne?

En introduisant des déclarations qui provoquent la réflexion dans ces images, Mounir Fatmi fait peser l'histoire originale sur la société contemporaine, mettant en évidence la mince frontière entre la brutalité et la civilisation. La dernière partie de la vidéo est intitulée « La ligne droite » et montre le médecin traçant une ligne droite pour que l'enfant la copie. L'image de l'enfant essayant de copier la ligne droite est coupée avec une image de l'enfant gribouillant une grande spirale irrégulière. D'un côté il peut être considéré comme revenant à ses racines rudimentaire, de l'autre cette scène peut être vue comme représentant la façon contre nature dont les gens sont acheminés vers des lignes droites afin de se conformer aux attentes et aux exigences de la société.

«Le danger mortel pour toute civilisation n'est plus susceptible de venir de l'extérieur », exprime la vidéo. L'héritage des XVIIIe et XIXe siècles pour tenter de contrôler a conduit à une civilisation mondiale contemporaine en situation de stress extrême, dû au moins à «pour des millions de gens, des conditions forcées qui, malgré toute apparence, sont des conditions de sauvages". The beautiful language explore ainsi les premières réactions à la différence et leur relation à la société contemporaine, avec ses problèmes sous-jacents de racisme, de différence et de terrorisme.

Caroline Rossiter

Traduction française par Kathy Huddlestone

puce imprimer la fiche

Langue originale : _sans paroles
Format d'origine : vidéo
Cadre : 4/3
Chromie : Noir&Blanc
Version(s) disponible(s) : Sans paroles.

Location : 120 euros

puce réserver (mise à disposition temporaire de copie)

La location et la vente de copies des vidéos du catalogue s'adressent essentiellement aux professionnels (structures culturelles, Èducatives ou associatives), pour en savoir plus veuillez consulter la rubrique programmer